Manifestations de l’œil et les affections cutanées

L’ophtalmologiste doit être suffisamment instruit en dermatologie pour savoir. Les manifestations oculaires a une relation avec les affections cutanées.

En présence d’une affection cutanée, évoquer immédiatement l’affection oculaire qu’il doit s’attendre à observer ;

En présence d’une affection ophtalmologique, penser à chercher les manifestations cutanées qui peuvent servir à éclairer le diagnostic ou l’étiologie.

Une affection ophtalmologique

Une affection ophtalmologique

Chez un malade adressé par le dermatologiste pour une affection déterminée savoir de quel côté surtout il doit faire porter son examen.

Une lésion cutanée du visage

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

En présence d’un malade venu pour une affection oculaire, l’ophtalmologiste, au moment où le malade est assis face au jour devant lui, peut avoir l’attention attirée par une lésion cutanée du visage, qui possède par elle-même une valeur sémiologique :

Un nævus flammeus de la face évoque immédiatement le glaucome du même côté : il évoque aussi une angiomatose céréblrale probable.

Les nodules d’une neuro-fibromatose, visibles sur le visage, évoquent, à l’occasion d’une exophtalmie, un neurinome de l’orbite.

Ils invitent à examiner le fond d’œil pour y découvrir peut -être une tumeur de la papille.

Ils invitent à relever le champ visuel dans le cas où existerait un neurinome intra-crânien.

Les adénomes sébacés de Pringle, qui couvrent la face, sont caractéristiques de la sclérose tubéreuse du cerveau. Ils invitent à dilater la pupille en vue de rechercher au fond d’œil une tumeur de la papille, une tumeur située à la périphérie du champ de la rétine.

Un anévrysme cirsoïde de la face annonce l’anévrysme cirsoïde de la rétine et l’anévrysme artério-veineux du cerveau.

De même, une lésion cutanée observée au visage explique immédiatement l’affection oculaire que l’on examine :

L’acné rosacée du visage donne immédiatement l’explication des lésions de la conjonctive et de la cornée pour les quelles le malade se présente.

L’érythème polymorphe donne l’explication d’une conjonctive à fausses membranes.

L’eczéma du visage donne immédiatement l’explication d’une conjonctivite intense entretenue par une pommade à l’oxyde jaune de mercure.

Eczéma du visage

Eczéma du visage

Une efflorescence de syphilides papuleuses du visage permet de rapporter la papillite œdémateuse, que l’on observe au fond d’œil, à une méningite syphilitique de la base.

Le lupus su visage invite à examiner l’état des voies lacrymales.

Le vitiligo, associé à l’alopécie et à la poliose, chez un malade sourd, donne l’explication d’une uvéite.

Une affection ophtalmologique bien déterminée

En présence d’une affection ophtalmologique bien déterminée, l’ophtalmologiste doit savoir rechercher et authentifier les lésions cutanées qui assureront le diagnostic et révéleront l’étiologie.

En présence d’un impétigo de la face, il doit examiner le cuir chevelu de l’enfant pour y découvrir la pédiculose.

En présence d’une iritis nodulaire, dont l’étiologie tuberculeuse ou syphilitique a été éliminée, il doit rechercher et savoir reconnaître une sarcoïde de la maladie de Besner-Boeck-Schaumann.

Il découvrira peut -être à la place un érythème noueux.

En présence d’une iritis récidivante à hypopyon, il doit immédiatement rechercher les aphtes de la cavité buccale et de la vulve.

 

Ajouter un commentaire